polartours header c
Aurora Expeditions Greg Mortimer Falklands, South Georgia & Antarctica Peninsula

Géorgie du Sud

Un endroit reculé de l'Antarctique, riche d'une spectaculaire vie sauvage

Informations sur : Géorgie du Sud

Cette île isolée et montagneuse peut sembler aride au premier abord, étant donné qu'elle n'a pas d'arbres et qu'elle est recouverte de neige une grande partie de l'année. Mais les apparences peuvent être trompeuses et la Géorgie du Sud regorge de vie !

Non seulement elle abrite d'importantes zones de reproduction pour les otaries à fourrure, les éléphants de mer et les manchots royaux, mais elle est aussi le seul habitat connu du pipit de Géorgie du Sud - le seul oiseau chanteur de l'Antarctique - et du canard pilet de Géorgie du Sud.

Les hautes montagnes escarpées et les fjords côtiers époustouflants font de la navigation sur la côte de la Géorgie du Sud un spectacle dont vous vous souviendrez.

Utilisée comme base pour les chasseurs de phoques au début du 20e siècle, l'île abrite des vestiges de cette industrie à divers endroits - un rappel de l'histoire humaine de l'exploitation de l'Antarctique et de ses ressources naturelles.

Photos : Géorgie du Sud

Albatros Expeditions Falkland Islands, South Georgia, Antarctica
Oceanwide Expeditions Falklands, South Georgia, Antarctica
Oceanwide Expeditions Falklands, South Georgia, Antarctica

Les points forts : Géorgie du Sud

Géorgie du Sud et mer de Scotia

L’île de Géorgie du Sud (connue sous le nom d’Isla San Pedro en espagnol) est souvent décrite, à juste titre, comme un point culminant de l’expérience de croisière en Antarctique de nombreux peuples.

L’île principale rocheuse et éloignée se trouve à environ 1400 km des îles Malouines et à la même distance de la péninsule Antarctique. C’est assez montagneux, avec une haute crête centrale et beaucoup de baies et fjords sur sa côte, ce qui rend certaines vues magnifiques et des photographies remarquables.

Il y a 8 petites îles (les îles Sandwich sud) situé 400 miles au sud-est qui sont rarement visités.

La Géorgie du Sud a une histoire humaine principalement centrée autour des industries de chasse au phoque et de chasse à la baleine, avec des reliques telles que des pots d’essai et des baleiniers coulés à découvrir. De nombreuses personnes visitent également la tombe d’Ernest Shackleton, l’un des explorateurs antarctiques les plus célèbres, qui est mort subitement d’une crise cardiaque alors qu’il se trouverait en Géorgie du Sud.

Faisant partie de l’une des plus grandes réserves marines du monde, la variété de la faune que l’on trouve en Géorgie du Sud est ce qui attire la plupart de ses visiteurs. Des plus grandes colonies de manchots royaux du monde aux plages remplies d’éléphants et de phoques à fourrure, en en plus des colonies de reproduction de l’oiseau ayant la plus grande envergure au monde, de l’albatros errant aux innombrables espèces d’oiseaux marins, la Géorgie du Sud est une destination qui sert chaque jour des « jours de vie » !

elsehul bay
Baie d'Elsehul

La baie d'Elsehul, à l'extrémité nord-ouest de l'île de Géorgie du Sud, est connue pour deux choses : son nombre remarquable de phoques et son nombre remarquable de noms !

À différentes époques, et sur différentes cartes, elle a été connue sous les noms d'Elsehul, Else Cove, Elsie Bay, Elsa Bay, Else's Hole, et (un peu à contre-courant de la tendance) Paddock's Cove ! Il s'agit d'une petite baie située sur la côte nord de la Géorgie du Sud, qui ne fait qu'un demi-mille de large.

Malgré sa petite taille, elle abrite une faune abondante, notamment une grande colonie d'otaries à fourrure de l'Antarctique. Lorsque vous arriverez dans la baie, vos oreilles résonneront des aboiements et des cris d'un grand nombre de phoques juvéniles et adultes.

À ce barrage s'ajoutent les cris des oiseaux de mer qui vivent à Elsehul, notamment les manchots royaux. Parmi les autres oiseaux qui se reproduisent, citons les manchots Gentoo et les manchots Macaroni, l'albatros à sourcils noirs, l'albatros à tête grise et l'albatros fuligineux, ainsi qu'un certain nombre d'autres oiseaux de mer, comme le requin de Géorgie du Sud et le pétrel à menton blanc. Et depuis qu'ils ont éradiqué le rat sur la Géorgie du Sud, c'est un bon endroit pour le canard pilet et le pipit de Géorgie du Sud.

Le rivage est un patchwork d'herbe à tussac et de boue - tant de phoques se déplacent, ce qui rend les conditions difficiles ! Selon la période de l'année à laquelle vous vous rendez, les mâles agressifs peuvent encore se trouver dans la baie, ou, si la saison des amours est terminée, ils peuvent être partis, laissant les petits et les femelles en paix.

grytviken
Grytviken, Fortuna Bay

Grytviken only exists because of the whaling industry. It was opened as a whaling station in 1904 because Fortuna Bay was considered to be the best natural harbor in South Georgia. The site operated for almost 60 years and over 53,000 whale carcasses were landed and processed here.

Although founded by a Norwegian, the name “Grytviken” is actually Swedish! It means “Pot Bay” and was named by the Swedish survey expedition of 1902 because they found several old British try pots here - large vessels used to render down seal blubber.

The whaling station was abandoned in 1966 as uneconomical after stocks of whales in the region had dropped to critical levels due to over-hunting, and there are no permanent residents. However, a few officials do live here during the tourist season to manage the South Georgia Museum and the post office which is located here, that is fascinating place to visit, and even purchase some souvenirs

There is more famous Antarctic human history to discover at Grytviken. Just outside the settlement lies the grave of Sir Ernest Shackleton, the famous Antarctic explorer, who died here from a sudden heart attack in 1922. There is also a marker next to his grave marking the spot where the ashes of his key crew member and fellow explorer Frank Wild were interred.

As well as the museum, Grytviken also has a church - remarkably still used for occasional services.

While most people come here for human history, the area is also great for wildlife and natural history doesn’t disappoint. Fortuna Bay is known for its large king penguin colonies and is a popular haul out for many elephant seals, as well as innumerable seabirds. Just watch out for the fur seals that may be resting amongst the whaling era debris.

ocean harbour
Ocean Harbour

Ocean Harbour, sur la côte nord-est de la Géorgie du Sud, était autrefois connu sous le nom de New Fortune Bay (en effet, son nom espagnol est toujours Puerto Nueva Fortuna). Dans les années 1950, les arpenteurs ont signalé qu'elle était connue localement sous le nom d'Ocean Harbour, probablement en raison de la Ocean Whaling Company qui utilisait autrefois le bras de mer comme base d'opérations en Géorgie du Sud. En raison du risque de confusion avec la baie voisine de Fortuna Bay, son nom a été remplacé par celui qui est utilisé localement.

Ocean Harbor a une histoire humaine notable, notamment un cimetière qui contient la plus ancienne tombe de l'île, celle du chasseur de phoques Frank Cabrial, enterré ici en 1820. On peut également y voir d'anciens pots d'essai utilisés pour la transformation de la graisse de phoque.

On peut y voir des reliques plus récentes datant de l'époque où Ocean Harbor était une station baleinière, notamment les restes d'une locomotive à vapeur à voie étroite qui servait à transporter le charbon et les fournitures vers et depuis les navires.

Il y a également une épave à Ocean Harbour - le Bayard. Il s'agissait d'un trois-mâts à coque en fer de plus de 200 pieds de long qui s'est détaché de ses amarres lors d'une tempête en 1911 et a fait naufrage de l'autre côté du port, de l'autre côté de la station baleinière où il était amarré.

Aujourd'hui, dans un signe de la nature qui se réapproprie le passé, on peut voir des requins de Géorgie du Sud et des sternes antarctiques nicher sur l'herbe qui pousse en abondance sur le pont en décomposition de cet ancien transporteur de charbon de 1000 tonnes.

Oceanwide Expeditions Falklands, South Georgia, Antarctica
Plaine de Salisbury

La plaine de Salisbury (connue sous le nom de Llanura de Salisbury en espagnol) est une grande plaine côtière qui mène à la baie des îles, au large de la côte nord de la Géorgie du Sud.

Bien que cette zone de la côte de la Géorgie du Sud ait été découverte par le capitaine James Cook dans les années 1770, aucune carte détaillée de la région n'a été réalisée avant une enquête de l'Amirauté britannique dans les années 1930. Une carte produite en 1931 est la première fois que cette zone est nommée, et il est probable qu'elle soit nommée d'après la plaine de Salisbury "originale", un plateau herbeux et crayeux du sud de l'Angleterre utilisé pour l'entraînement militaire et abritant Stonehenge.

La plaine de Salisbury en Géorgie du Sud a été formée par le ruissellement glaciaire du glacier Grace tout proche. Ce glacier a été nommé par l'ornithologue américain Robert Cushman Murphy pour sa femme lors de son expédition de 1912.

La plaine de Salisbury est mondialement connue pour sa remarquable colonie de reproduction de manchots royaux. En 1912, Cushman estimait qu'il y avait ici 350 couples. Aujourd'hui, c'est l'un des plus grands rassemblements de manchots royaux au monde, et les estimations officielles font état de 100 000 couples nicheurs en pleine saison. Voir la plaine remplie de ces oiseaux majestueux est l'un des points forts de tout voyage en Géorgie du Sud et dans l'Antarctique.

Les éléphants de mer du Sud et les otaries à fourrure de l'Antarctique, qui ne sont pas en reste par rapport aux manchots royaux, utilisent également la plaine de Salisbury pour élever leurs petits et peuvent être observés en grand nombre.

St Andrews bay
Baie de St. Andrew's

La baie de Saint Andrews (plus souvent abrégée en St Andrews) est une baie située sur la côte est de la Géorgie du Sud, qui fait partie du territoire britannique de la Géorgie du Sud et des îles Sandwich du Sud.

Cette baie de 3 km de large est surplombée par le mont Skittle, une impressionnante montagne rocheuse de 1 600 pieds qui forme le point le plus au nord de la baie elle-même.

L'utilisation de Saint Andrews comme nom de la baie ne remonte qu'au début du 20e siècle, mais il est fort probable que les premières personnes à l'avoir vue et cartographiée étaient l'expédition britannique dirigée par le capitaine Cook en 1775.

La baie de Saint Andrews est réputée pour son immense colonie de reproduction de manchots royaux, qui compterait plus de 150 000 individus. Les images et les sons de tant d'oiseaux réunis sont à ne pas manquer dans l'un des endroits les plus spectaculaires de Géorgie du Sud, avec les montagnes en toile de fond !

Il y a aussi une crête (si vous pouvez l'atteindre, parfois il y a trop de manchots en mue sur le chemin) qui donne sur la colonie principale avec des vues et des sons à couper le souffle !

Les otaries à fourrure et les éléphants de mer du sud sont aussi fréquemment observés ici, à la fois dans l'eau et échoués sur les rivages, et les otaries à fourrure peuvent rendre l'accès à terre assez difficile. L'arrière-plan rocheux et accidenté de la baie permet de prendre des photos magnifiques et évoque vraiment l'éloignement de la Géorgie du Sud.

prion island
Île Prion

Prion Island, like many places in the Antarctic, was named after what was first seen there. In this case, during an expedition of 1912, the island was named because the naturalist Robert Cushman Murphy noted the large numbers of prions he found here.

The prion is a small petrel also sometimes known as a whalebird, and they get their unusual name because of their saw-tooth bill - the word prion in greek means “saw”.

Prion Island sits in the 9-mile-wide Bay of Isles off the northern coast of South Georgia. It is only 1.5 miles in length but it has been designated a Specially Protected Area in its entirety. Because it has always been rat-free, birds can raise their young here without fear of their nests being raided by non-native scavengers. Because of the need to protect the wildlife, there are strict restrictions on visitor numbers, and only 50 people per day are allowed ashore during the season when Prion Island is open to visitors, so guests are often split between going ashore, doing a really good Zodiac cruise, and sometimes with being onboard ship. You’ll also find that your naturalist guides will ensure that no one is carrying anything on to the island that could harbor an invasive species.

To protect the native flora and to avoid damage to petrel and prion burrows, the South Georgia authorities have built a boardwalk, and you will be required to stay on it at all times during your visit. Don’t worry, though, as the animals seem to have decided that they enjoy using it too and nest and feed right up to its edge, so you’ll have plenty of close encounters!

Another important species that breeds here is the wandering albatross. Indeed, Prion Island is such an important breeding center for them that the whole island is closed to visitors between 20th November and 7th January each year to allow them to pair off without disturbance. This time also coincides with the breeding season for Antarctic fur seals who also benefit from the seclusion.

Other species you can find on Prion Island include South Georgia Pipits and South Georgia Pintails, snowy sheathbills, skuas, Antarctic terns, and gentoo penguins.

Animaux : Géorgie du Sud

Nos voyages : Géorgie du Sud

Delphine Cover photo

Votre conseiller voyage

Delphine

Réserver une consultation vidéo

Consultation en face à face de 15 minutes

Delphine Cover photo