polartours header c
Oceanwide expeditions South Georgia Special

Cormoran antarctique

Le seul cormoran de l'Antarctique avec des "yeux bleus" caractéristiques.

Ce qu'il faut savoir sur : Antarctic Shag

Our Expert Says… It's remarkable that these Antarctic birds emerge from the egg virtually naked. When the young feed, they push their heads so deep into the adult bird's throat that it looks like they are being swallowed. When older, nearly-fledged chicks feed this way it looks very uncomfortable for the parent!

The Antarctic Shag is the region’s only cormorant species and can be found on the Antarctic Peninsula, South Shetland Island, and Elephant Island.

There has been debate and confusion about the Antarctic Shag’s taxonomy, and it is also referred to commonly as the Blue-Eyed Shag, a group that includes the Imperial or King Cormorant (or Shag) of Patagonia and the Falklands, and the South Georgia Shags. The latest assumption is that there could be more than FOUR species of blue-eyed shags with subtle differences in plumage details. The Imperial Shag of Patagonia, the Falklands Shag (often called King Shag and still considered a sub-species of Imperial Shag in many text books), the South Georgia Shag, the Antarctic Shag, and 'Blue-eyed Shags on various islands in the southern Indian ocean.

The Antarctic shag is a black and white seabird about 75cm (30”) tall and weighing around 3kg (7lb). It has a wingspan of 1.2m (4ft) and unlike more northerly members of the cormorant and shag species, it does not spread out its wings to dry them in the iconic cormorant pose. This is because the Antarctic shag has extremely dense under-feathers that form a waterproof barrier, meaning it doesn’t need to dry off in between fishing trips, nor does it have to expose itself to cold Antarctic temperatures.

All Antarctic shags have a “blue eye” - hence one of the popular terms Blue-Eyed Shag - which isn’t actually their eye at all! This is blue-colored skin that surrounds the eye, and together with the yellow wart-like growth on the birds’ forehead forms the two main identifying traits of the species.

Antarctic shags don’t migrate and stay in their habitats all year round. They are often found close to pack ice in colonies. During the breeding season, they build cone-shaped nests that look like miniature volcanoes out of feathers, seaweed, and general beach debris, all glued together with their guano. Parents take turns to incubate the two or three eggs that are the usual brood size, then the female takes over keeping the near-naked chicks warm until their feathers come in. The male then forages for the food.

When it comes to food, Antarctic shags are divers, using their webbed feet for propulsion, and generally, they’ll go down around 80ft beneath the surface to hunt for their prey, which is mainly fish and small crustaceans.

There are thought to be around 20,000 individuals that make up the Antarctic shag population, and they are currently not under threat.

Antarctic Shag : Faits intéressants

Blue-eyed Shags spend a lot of time lot of time grooming each other. They use seaweed to make the nest and usually lay 2 to 3 eggs. Incredibly, especially for the Antarctic 'blue-eyed' shags, the chicks are naked when they hatch!

'Chicks' that are about to fledge (they are the size of the adults) spend a lot of time flapping to strengthen the wing muscles. Once one or two take the maiden flight, the rest seem to get the right idea and a whole group can suddenly take off, often crashing onto the sea or onto rocks. At this time they can be inquisitive, even landing on Zodiacs and kayaks, but they are also very prone to predators, skuas often ganging up to drown isolated birds.

Antarctic Shag : Photos & Vidéos

Antarctic Shag

Antarctic Shag : Où l'on peut voir

Île de l'Elephant, Shetland du Sud

Elephant Island is one of the outermost of the South Shetland Islands. The roots of its name are argued to be one of two reasons. Either the fact that Elephant seals were seen hauled out here in large numbers by the first person to discover and map the island, Captain George Powell in 1821, or that the island’s shape is uncannily like that of a baby elephant’s head with trunk extended!

The island remained unexplored for many years thanks in part to its lack of resources (just small numbers of seals and penguins and no native plants) and partly because of its steep volcanic rocks, presenting few landing points.

However, in 1916 Elephant Island became immortalized as the scene of the beyond-all-odds survival story that was Ernest Shackleton’s ill-fated Antarctic expedition.

After their ship Endurance was lost to the treacherous ice in the Weddell Sea, the 28 crew were forced to make a perilous escape attempt. After months in open boats and stuck on drifting ice sheets, the team arrived at Elephant Island. Here they set up a base to stay at Point Wild while Shackleton and five members of his crew set sail in an open lifeboat for South Georgia - a journey of over 800 miles - to seek a rescue ship.

This stunning tale of endurance, determination, and the human spirit is brought home to visitors to Elephant Island by the Endurance Memorial at Point Wild. You can also see breathtaking views of the Endurance Glacier - named after Shackleton’s lost ship - as well as the stunning rocky terrain and its Chinstrap Penguins and seals.

Goudier Island

L’île Goudier est une petite île de roches nues et polies située à seulement 100 mètres de Jougla Point, dans le port de Port Lockroy. Il fait partie de la plus grande île Wiencke. Souvent entourée de glace de mer, toute couverture de neige sur l’île fond habituellement à la fin de l’été.

Goudier abrite la « base A » - établie par les Britanniques en temps de guerre en 1944 - qui a été utilisée comme station de recherche scientifique jusqu’au début des années 1960.

Après être tombée en désuétude, la station a été restaurée dans les années 1990 et est maintenant pris en charge par un Heritage Trust. La base est occupée en permanence et ses habitants effectuent encore d’importants travaux d’arpentage sur la colonie de manchots pour l’Étude antarctique britannique.

Vous serez généralement informé par le chef de base avant d’atterrir à terre, et seulement 35 visiteurs sont autorisés à l’intérieur de la base à tout moment. Il s’agit de s’assurer que les artefacts et le tissu de la base sont préservés.

Cette « capsule temporelle » donne un aperçu fascinant du travail et de la vie des premiers pionniers de la recherche antarctique et de la façon dont ils vivaient sur l’île Goudier. L’accès au reste de l’île est généralement limité aux sentiers balisés, à la fois pour protéger la faune et parce que la surface est inégale et glissante. Cependant, vous serez en mesure d’observer la colonie de manchots résidents, et peut également repérer d’autres oiseaux et phoques sur les rives et dans la mer.

half moon island

Île de la demi-lune

L'île Half Moon est accidentée et rocheuse et se trouve juste au large de la péninsule de Bergas dans les îles Shetland du Sud. Un côté de l'île Half Moon présente des pentes et des falaises abruptes et couvertes d'éboulis qui descendent jusqu'à l'eau, un habitat idéal pour de nombreux oiseaux marins de l'Antarctique. Les autres parties de l'île sont caractérisées par des plages de galets et de rochers menant à des pentes moins profondes.

Le nombre de visiteurs est strictement contrôlé afin de s'assurer que les sternes, les mouettes et les pingouins résidents ne sont pas dérangés, en particulier pendant leur période de reproduction.

Votre site d'atterrissage est une plage de galets où l'on peut voir les restes d'un doris de chasse à la baleine (un type de bateau peu profond, en planches).

En plus des colonies de manchots près du rivage, vos guides d'exploration de l'Antarctique vous montreront les sites de nidification des manchots à jugulaire de Half Moon Island près d'une tour de navigation au sommet de la colline, ainsi que les étonnants terriers d'océanites de Wilson qui ont été creusés dans les éboulis ici.

Vos guides vous montreront également les zones où vous pouvez vous promener librement, en gardant toujours un œil sur les otaries à fourrure dont les couleurs se camouflent contre les rochers.

L'île Half Moon abrite également la station de recherche antarctique d'été argentine. Vous pourriez bien apercevoir des scientifiques effectuant d'importants relevés et travaux de recherche pendant votre visite.

Paulet Island

L'île Paulet est un spectacle saisissant. Ce rocher circulaire fait moins de deux kilomètres de diamètre, mais son cône volcanique s'élève à plus de 335 m en son centre. Il se trouve à environ 5 km de l'île Dundee, à l'extrémité nord de la péninsule Antarctique.

Cartographiée pour la première fois en 1839, l'île Paulet abrite une énorme colonie de manchots. Quelque 100 000 couples reproducteurs de manchots Adélie vivent ici, un spectacle et un son vraiment remarquables ! Vous pourrez également observer d'autres oiseaux marins lors de votre visite, notamment des requins, des pétrels des neiges et des mouettes de varech.

Un autre aspect fascinant de l'île Paulet est l'abri historique qui date de 1903, lorsqu"un navire suédois se retrouva écrasé par la banquise et les survivants du naufrage durent construire une cabane en pierre pour se protéger des rudes conditions hivernales. Vous noterez également la présence d'un cairn construit sur le point le plus élevé de l'île, que les marins réfugiés utilisaient pour attirer l'attention en cas de sauvetage. Vous pourrez apercevoir une pierre tombale, pour l'un membre de l'expédition qui n'a malheureusement pas survécu.

Parce que l'île Paulet est si dense en faune, les visiteurs seront escortés en petits groupes par des guides antarctiques expérimentés. Cela permet de perturber le moins possible les oiseaux nicheurs et de protéger le site du refuge.

Les otaries à fourrure sont souvent observées sur les rivages de l'île. Au plus fort de la saison de reproduction, il se peut que certains sentiers de randonnée autour de l'île soient fermés en raison du grand nombre de créatures merveilleuses qui choisissent d'élever leurs petits ici.

Oceanwide Expeditions Falklands, South Georgia, Antarctica

Plaine de Salisbury

La plaine de Salisbury (connue sous le nom de Llanura de Salisbury en espagnol) est une grande plaine côtière qui mène à la baie des îles, au large de la côte nord de la Géorgie du Sud.

Bien que cette zone de la côte de la Géorgie du Sud ait été découverte par le capitaine James Cook dans les années 1770, aucune carte détaillée de la région n'a été réalisée avant une enquête de l'Amirauté britannique dans les années 1930. Une carte produite en 1931 est la première fois que cette zone est nommée, et il est probable qu'elle soit nommée d'après la plaine de Salisbury "originale", un plateau herbeux et crayeux du sud de l'Angleterre utilisé pour l'entraînement militaire et abritant Stonehenge.

La plaine de Salisbury en Géorgie du Sud a été formée par le ruissellement glaciaire du glacier Grace tout proche. Ce glacier a été nommé par l'ornithologue américain Robert Cushman Murphy pour sa femme lors de son expédition de 1912.

La plaine de Salisbury est mondialement connue pour sa remarquable colonie de reproduction de manchots royaux. En 1912, Cushman estimait qu'il y avait ici 350 couples. Aujourd'hui, c'est l'un des plus grands rassemblements de manchots royaux au monde, et les estimations officielles font état de 100 000 couples nicheurs en pleine saison. Voir la plaine remplie de ces oiseaux majestueux est l'un des points forts de tout voyage en Géorgie du Sud et dans l'Antarctique.

Les éléphants de mer du Sud et les otaries à fourrure de l'Antarctique, qui ne sont pas en reste par rapport aux manchots royaux, utilisent également la plaine de Salisbury pour élever leurs petits et peuvent être observés en grand nombre.

stonington island

Stonington Island

Pour une île rocheuse aussi minuscule (elle mesure moins d'un km sur un demi km), Stonington renferme une grande partie de l'histoire humaine de l'Antarctique. Elle se trouve dans la baie Marguerite, à l'ouest de la terre de Graham.

L'île a accueilli non pas une, mais deux expéditions hivernales. En 1939, le service antarctique américain l'a choisi comme lieu de construction de ce qui est devenu la base Est. Les bâtiments et les objets qui s'y trouvent sont désormais protégés en tant que monument. Les visiteurs peuvent entrer dans la hutte principale pour ressentir ce qu'ont dû être les hivers sombres et glacés à Stonington.

Plus tard, dans les années 1940, les Britanniques ont choisi la même petite île pour y installer leur "base E". Là encore, les visiteurs peuvent entrer dans la cabane principale et dans le hangar du générateur. Comme pour la base américaine, il existe d'autres bâtiments annexes qui ne peuvent pas être visités en raison de leur statut de monuments protégés. Les fenêtres de la base E sont équipées de volets permanents, votre guide devra donc vous fournir des torches si vous vous aventurez à l'intérieur.

Pour rappeler solennellement la dureté du continent, il y a également un site funéraire où deux membres de l'expédition sont enterrés dans des cercueils recouverts de simples cairns de pierre.

Site de reproduction important pour les oiseaux, l'île Stonington abrite une colonie de plus de 130 couples de cormorans impériaux, ainsi que des sites de nidification pour les skuas et les sternes.

Torgersen Island

L'île de Torgersen est une très petite île circulaire de seulement 410 mètres de diamètre. Elle fait partie de l'archipel Palmer et se trouve à l'entrée du port Arthur, sur la côte sud-ouest de l'île d'Anvers.

C'est un site populaire pour la reproduction des oiseaux de mer et des manchots Adélie, mais ce petit rocher a une importance bien plus grande et plus déprimante.

Bien que la taille actuelle de la colonie, qui compte 3 000 couples reproducteurs, semble importante, la population d'Adélie a diminué de plus de 60 % depuis 1974 en raison de l'impact du changement climatique sur la glace de mer et les chutes de neige. Une colonie de manchots d'Adélie qui était basée sur l'île voisine de Litchfield a complètement disparu au cours de cette période. Des études archéologiques ont montré que les manchots y nichaient depuis plus de 600 ans sans interruption, avec jusqu'à 15 000 couples en résidence à un moment donné. En 2007, ils avaient tous disparu.

Vos guides experts de l'Antarctique vous indiqueront les itinéraires à suivre pour minimiser l'impact sur la colonie d'Adélie de l'île Torgersen, et vous feront part des inquiétudes des scientifiques de l'Antarctique quant à l'impact continu du changement climatique sur la faune et la flore de la région.

Il s'agit d'un rappel opportun de la nécessité de changer la façon dont les humains vivent et utilisent les combustibles fossiles si nous voulons préserver les espèces et les paysages uniques de l'Antarctique. Chez Polartours, nous nous impliquons en compensant le carbone de chaque circuit de croisière polaire que nous vendons.

whalers bay

Baie des baleines

Whalers Bay ou baie des baleiniers est un petit port naturel sur l’île Déception, l’une des îles Shetland du Sud. Volcan actif, le cratère forme une entrée naturelle abritée qui a été historiquement utilisée par les chasseurs de phoques, puis les baleiniers des années 1820. La géographie en fait un endroit idéal pour les navires à l’abri par mauvais temps, et Whaler’s Bay contient certains des artefacts baleiniers les plus importants dans l’ensemble de l’Antarctique.

Alors que votre navire navigue à travers l’étroite « rupture » dans la caldeira volcanique connue sous le nom de Neptunes Bellows, la large plage circulaire de Whaler’s Bay se trouve à droite. La plage s’étend sur un peu plus de 2 km (1.4 miles) et a été utilisée comme piste d'atterrissage dans les années 1950 et 1960 lorsque le site était la plaque tournante principale des mouvements aériens de l’Antarctique britannique. Le hangar qui a été construit en 1960 peut être visité à l’extrémité nord de la plage.

À l’extrémité sud de la plage se trouvent de grands réservoirs rouillés de pétrole, et derrière eux se trouvent des bâtiments de la période allant de 1906 à 1931. Il y avait à l'époque une importante industrie baleinière et, avec la plage abritée et peu profonde, cela en faisait un endroit idéal pour débarquer des carcasses de baleines.

Pendant que vous explorez toute cette histoire humaine remarquable, n’oubliez pas que vous êtes sur un volcan actif ! Les instruments que vous pouvez voir autour de la plage dans la région de Whalers Bay sont des moniteurs sismiques, car l’île est surveillée 24 heures sur 24. La dernière éruption a eu lieu en 1969, et cela a été responsable de certains des coulées de boue et des dommages aux bâtiments et aux réservoirs métalliques que vous pourrez observer.

Les manchots ne semblent pas s’en inquiéter, cependant ! Les manchots à jugulaire et les manchots papou peuvent être observés le long de la plage, et il n’est pas rare de rencontrer des phoques à fourrure. Il y a aussi beaucoup d’oiseaux marins de l’Antarctique à voir, y compris des pétrels, des skuas, des sternes antarctiques et des goélands de varech.

Wordie house

Maison Wordie, Winter Island

Nichée sur la seule partie plate de Winter Island, Wordie House est une cabane construite en 1947. Elle a été baptisée par une expédition antarctique britannique de l'époque en l'honneur de James Wordie, qui était le scientifique en chef de la célèbre exploration antarctique de Shackleton en 1914. Winter Island, qui mesure moins de 1 000 mètres de long, est l'une des îles argentines situées au large de la côte de la Terre de Graham.

Avant sa fermeture en 1954, la cabane était utilisée pour effectuer des relevés météorologiques à l'aide d'instruments rangés à l'intérieur d'écrans spéciaux, dont l'un subsiste encore aujourd'hui. Ces relevés comptaient parmi les plus importantes et les plus longues séries de données météorologiques jamais enregistrées sur l'Antarctique et ont aidé les scientifiques à mieux comprendre la météorologie du continent.

Wordie House a été classée "site et monument historiques" en 1995 et est gérée par le UK Antarctic Heritage Trust depuis 2009. Près de 500 objets originaux sont encore présents sur le site, notamment des boîtes de café, des disques, des casseroles, des assiettes et bien d'autres objets de la vie quotidienne. Cela fait de Wordie House une véritable capsule temporelle de l'âge d'or de l'exploration et de la recherche scientifique en Antarctique. La cabane est désormais totalement étanche aux intempéries et les travaux de préservation de cette station unique se poursuivent.

Les visites de l'île d'hiver et de Wordie House sont gérées par la station ukrainienne Vernadsky, toute proche, et il se peut que le commandant de la base ou un autre responsable vous donne des instructions avant que vous ne montiez à bord de vos bateaux pour le débarquement.

Fait unique pour un site aussi historique, les visiteurs sont autorisés à se déplacer librement sous la supervision de leurs guides antarctiques experts. Ils répondront à toutes vos questions sur l'histoire de la cabane, ainsi que sur les objets que vous pouvez y trouver.

Les visiteurs de Winter Island peuvent également s'attendre à voir des oiseaux de mer tels que des labbes et des goélands de varech, ainsi que des phoques et des manchots.

Antarctic Shag : Nos voyages


2023 Polartours , une marque de Ventura TRAVEL GmbH

Tous droits réservés

Natalya

Votre conseiller voyage

Natalya

Réserver une consultation vidéo

Consultation en face à face de 15 minutes

Natalya